Comment instaurer une démarche QVT dans une petite entreprise ? Par Smart-Services

« Non mais les démarches QVT sont réservées aux grands groupes comme Google. »

Alerte idée reçue ! Le bien-être au travail concerne toutes les entreprises, quelle que soit leur taille. Point à ne pas négliger puisque les TPE/PME représentent en France environ 9 millions d’entreprises. Comment offrir un environnement de travail agréable à ses collaborateurs lorsqu’on est une petite entreprise ? Voici quelques pistes.

Un projet stratégique

A priori, rien à voir entre le dirigeant d’une grande entreprise et celui d’une TPE/PME dans le domaine de la QVT.

Tandis que le premier dispose, selon la politique de l’entreprise, de services spécialisés, de personnes formées au bien-être au travail, d’une enveloppe conséquente. Le second, seul, tient tous ces rôles à la fois, avec un budget limité.

Certes les différences sont flagrantes et bien réelles. Cependant, la QVT est surtout une question de bon sens et d’écoute. Elle émane de la volonté d’impulser une nouvelle dynamique, axée sur le bien-être. Elle est par conséquent indirectement liée à la performance globale de l’entreprise.

Discussion et co-construction

Pour une démarche QVT en TPE/PME, Il ne s’agit pas d’appliquer un modèle préconçu. Le même qui serait appliqué à une grande entreprise par exemple. Cette erreur risque de vous faire perdre du temps et l’engagement de vos collaborateurs.

Il s’agit de composer avec les spécificités de ces petites entreprises, selon leurs activités et les besoins de leurs salariés. Pour cela, l’enquête auprès des différentes équipes est un outil de choix. Un questionnaire permet de passer à la loupe les aspirations de chacun, spécifiquement. La personnalisation de la démarche en fonction des besoins spécifiques est une méthode difficilement applicable dans une entreprise avec de grands effectifs.

Un exemple concret : une enquête menée dans une TPE spécialisée en équipement de la maison en Mayenne, 4 salariés.

Résultat : L’enquête a permis de mettre en avant le sentiment d’isolement ressenti par les salariés du fait de leur petit effectif.

Réponse : Le dirigeant de la TPE leur propose une action collective avec une TPE du bâtiment spécialisée en aménagement d’intérieur. La mise en place une fois par mois d’un déjeuner commun autour de produits locaux et sains.

Résultat :

  • Redynamisation des équipes, le rendez-vous mensuel est attendu.
  • Échanges et partages d’idées autour du même secteur d’activité.
  • Mobilisation autour de sa propre culture d’entreprise.
  • Prise en compte de la dimension santé par le «manger sain ».
  • Coûts relativement faibles et partagés avec la seconde TPE.

Une démarche QVT peut prendre de multiples formes et s’adapte aux spécificités de chaque situation.

Impulser la dynamique

Oui la qualité de vie au travail en TPE/PME trouve ses fondements auprès des collaborateurs. Cependant c’est bel et bien le dirigeant qui doit porter le projet et impulser la dynamique. Instaurer une culture d’entreprise soucieuse de la santé de ses collaborateurs est une règle d’or en matière de QVT.

Évaluer les actions, ne rien figer

Laisser place aux feedbacks positifs qui seront pris comme une reconnaissance, et aux feedbacks négatifs qui seront des apprentissages.

Les premières mises en place d’activités sont des tests à pérenniser s’ils sont concluants en gardant toujours en tête l’objectif de co-construction. Se réinventer en permanence.

Les TPE/PME offrent des possibilités de proximité entre collaborateurs et dirigeants, qui favorisent les échanges et la relation de confiance. Un atout majeur pour repenser son management vers l’amélioration du bien-être de ses collaborateurs, au plus près de leurs besoins.

Prêts à prendre le pas sur les grands groupes ?